22 mars journée mondiale de l'eau : questions à Monsieur le Préfet de l'Eure

Publié le par ADVG - Association de Défense de la Vallée du Gambon

L'eau, le bien commun de l'humanité.

L'eau, le bien commun de l'humanité.

Monsieur,

Les boues issues du traitement des eaux usées constituent un déchet au sens des dispositions législatives de l'article R211-27 du Titre IV du livre V du code de l'Environnement, combien même ces boues présenteraient un intérêt agronomique.

La société TERRALYS (filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT), sur son site FertiSeine®, produit un compost à base de déchets verts et boues de stations d'épuration entre autres.

Il peut être rappelé que seule l'homologation ou la transformation en compost normalisé (NFU 44-095) peut faire perdre ce statut de déchet (source : dossier d'autorisation plateforme de compostage FertiSeine® à Cuverville - 27; Valorisation agricoles des sous-produits organiques non normés - 2011).

Or, le dossier présenté par la société TERRALYS demande d'épandre les composts non normés et lixiviats. La société TERRALYS demande donc ni plus ni moins à l'Etat français de se débarrasser des ses déchets sur des parcelles sarclées.

Enfin, comment comprendre qu'en cette journée mondiale de l'eau, le plan d'épandage de ces déchets puisse être autorisé en lit majeur inondable de Seine ? Les objectifs fixés par la Directive Cadre sur l'Eau seraient-ils si pleinement atteints et dépassés avant 2015 que l'Etat français s'accorde le droit de perpétrer une nouvelle agression contre la bonne qualité des eaux du fleuve et de sa nappe alluviale ?

NB : A titre indicatif sur la nature des produits industriels en question, les agriculteurs exploitant 20% de la surface épandable dédiée se sont déjà rétractés considérant avoir été victimes d'une tromperie.

Cela devrait donner matière à réflexion.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de nos sentiments les meilleurs

l'ADVG

Publié dans Documentation, Déchets

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article